Les dessous d’Alderney. Etape 1 : La Formule.

Premièrement, un complément alimentaire, qu’est-ce que c’est ? Les compléments alimentaires sont des sources concentrées de nutriments ou d’autres substances ayant un effet nutritionnel ou physiologique et destinés à compléter un régime alimentaire normal. Les compléments alimentaires sont commercialisés sous forme de doses, par exemple de pilules, de comprimés, de gélules ou de liquides en capsules, etc. source : EFSA : European Food Safety Authority

 

 

Si à l’origine, ces produits ne sont qu’une formule chimique, sorte de recette de cuisine pour chimiste, il se passe bien des étapes pour que cette formule arrive sur les étagères de nos pharmaciens.
Nous allons vous les décrire ici, étape par étape. Parce qu’un bon produit, c’est comme un bon gâteau : on en mange plus facilement quand on sait d’où il vient et comment il a été préparé !
Pour commencer, on élabore la formule.

 

 

La formule s’élabore en fonction du futur produit. De la même façon qu’une recette de gâteau aux fraises contiendra, en général, des fraises et pas des lardons, les compléments alimentaires Alderney sont conçus pour palier à la fatigue, aux problèmes dermatologique ou pour renforcer les défenses immunitaires. Ils contiendront par conséquent du magnésium marin, des alkylglycérols ou encore de l’EPA. Les produits Alderney sont des compléments alimentaires élaborés à partir d’actifs marins innovants, les ingrédients sont donc choisis en fonction de leurs bienfaits et de leur origine tout en suivant notre charte de qualité. Les propriétés de ces ingrédients sont connues grâce à des études et des partenariats de recherche avec d’autres laboratoires, notamment le CRIIGEN avec qui nous travaillons depuis 2011 ainsi que sur des études bibliographiques.
Notons qu’il y a deux types d’ingrédients : les principes actifs et les excipients.

criigen-grand

Les principes actifs sont ce que l’on recherche en premier (sourcing), ce sont les fameux omégas 3, sels minéraux, vitamines, ou autre actif d’origine marine. Tous les composants du futur produit qui font son effet thérapeutique.
La sélection des ingrédients est très rigoureuse du fait des engagements qualité d’Alderney Laboratoire : pas de métaux lourds dans les huiles de poisson, pas d’OGM ou plantes irradiées, stabilité des oméga 3 dans le temps (évitant le rancissement)…

 

friend-of-the-sea-logo

Les excipients (qui représentent le reste de la formule) ont pour rôle de modifier certains aspects : goût, odeur, texture. On en ajoute parfois pour modifier ces paramètres et rendre un produit plus agréable à la consommation, en veillant bien entendue à ce qu’ils ne modifient pas les propriétés thérapeutiques du complément alimentaire. Chez Alderney nous limitons un maximum l’utilisation de ces excipients car ils sont le plus souvent d’origine synthétique et que l’on connait mal la répercussion d’une utilisation à long terme sur la santé.

Une fois les ingrédients choisis, on réfléchit à la forme galénique qu’aura le complément alimentaire. Si en règle générale, on ne vous sert pas votre café dans une assiette et votre flan mixé dans un sac en papier, c’est tout simplement parce que ce ne serait pas pratique. Les mêmes contraintes s’imposent avec les compléments alimentaires puisque l’huile de poisson ne coulerait pas bien d’une ampoule, ou qu’il serait trop contraignant d’obtenir une forme sèche (comprimé) à partir d’une forme liquide comme l’acide hyaluronique.

Après cette étape d’autres excipients entrent en jeu pour obtenir une forme galénique digne de ce nom. On peut être amené à utiliser un antiagglomérant comme le stéarate de magnésium végétal qui limitera l’agglutination des molécules dans la poudre, étape précédent la compression pour obtenir un comprimé.

Vient ensuite la question des dosages, car tout ingrédient en dose trop faible risque d’avoir une efficacité limitée, et à excès pourrait être nuisible. On a déjà tous gouté un gâteau trop ou pas assez sucré (le seul ingrédient utilisable peu importe la dose est le chocolat, mais c’est un avis personnel.) Seulement contrairement à un gâteau, ce sont les directives de l’Union Européenne qui définissent les dosages de principes actifs. Ces règles, harmonisées et très strictes, permettent d’empêcher l’entrée sur le marché de produits potentiellement nuisibles ou dangereux. La principale législation de l’Union dans ce domaine est la directive 2002/46/CE relative aux compléments alimentaires contenant des vitamines et des minéraux. Celle-ci fixe les exigences concernant l’étiquetage et impose qu’au niveau de l’UE, des limites maximales et minimales soient établies pour chaque vitamine et minéral ajoutés aux compléments.

Cette directive comporte également une liste de substances vitaminiques et minérales qui peuvent être ajoutées à des fins nutritionnelles particulières aux compléments alimentaires.

Une fois les principaux obstacles que sont l’obtention d’une stabilité parfaite de la forme galénique, des fournisseurs pour les ingrédients et l’autorisation de mise sur le marché de la DDPP, nous avons une superbe recette, qu’il faut maintenant tester !

Pour savoir tous les détails, rendez-vous la semaine prochaine !

Publié dans Non classé